Le Doyen LORENZONI s’est « retiré » le 19 Juillet 2006…

extraits du n°262 "lES NOUVELLES RELIGIEUSES"  8 SEPTEMBRE 2006

Pour écouter sa voix


Le Doyen Fortuné LORENZONI - Fait Chevalier National du Mérite par Joseph CALDERONI - Maire

Extraits de 24 heures avec un prêtre…Le Père Lorenzoni (Nice-Matin du 7 Mars 2004).

« Mes parents étaient Toscans de Sienne. Ils sont arrivés en France en 1900 ».
Dix-huit ans plus tard, Fortuné Lorenzoni voit le jour. Ses parents cultivent la terre à Roquebrune. Dès l'âge de 11 ans, il entre au séminaire, y poursuit des études durant douze ans.
« A ce moment-là je n'avais pas encore pris ma décision. Les histoires de vocations sont très mystérieuses ». Et ce n'est qu'au retour de son service militaire que Fortuné choisit de consacrer sa vie à sa religion.
Son.ordination à lieu le 18 Juillet 1943. D’abord nommé dans la paroisse de Lucéram de Décembre 1943 à Juillet 1957.
« J'étais prêtre paysan. Je me nourrissais à la sueur de mon front. Travailler la terre est la plus belle chose que j'ai faite dans ma vie. "
Puis il rejoint la paroisse de Villefranche le 12 août 1957.
A son arrivée, Cocteau terminait de peindre la chapelle du Port de la Santé. Le père Lorenzoni se souvient de leurs nombreux apéros accompagnés d'anchois frais, attablés chez La Mère Germaine.

De son « métier », le père Lorenzoni dit « qu'il est un mystère, qu'on ne perce jamais totalement. On commence à comprendre notre rôle et l'importance que l'on peut avoir au contact de chrétiens, de croyants. Mais on ne finit jamais d'apprendre. »
« les gens ont besoin de sentir qu'on les aime profondément, s'ils le sentent, cela porte toujours ses fruits. Il y aura toujours une réponse. La patience, tout comme la fidélité sont les maîtres mots, les plus belles des vertus. »
Une fidélité qu'il voue à Villefranche et à ses villefranchois depuis soixante ans, écartant toutes les propositions de « promotions ».
J’aime m'enraciner et je crois que ça en vaut la peine: Je ressens l’affection des gens à travers leur émotion lorsque je leur dis qu’il faudra bien que je me retire un jour… »

« Salve Regina.. Mater misericordiae... », entonnait l'abbé Fortuné LORENZONI dans sa chambre d'hôpital.. jeudi dernier, après avoir reçu les sacrements de l'Eglise. J'avais bien du mal à chanter avec lui cette antienne à la Vierge Marie car je comprenais qu'il se préparait à la rencontrer et à nous laisser. Oui, chers amis, notre père de Villefranche, mon frère dans le sacerdoce, s'en est allé ce mercredi 19 juillet 2006. «J'en ai marre » disait-il, et c'était compréhensible. Le Seigneur a entendu son cri et l'a donc appelé. Tel un bon serviteur veillant au retour de son maître, comme il le disait lui-même: «Je suis prêt». Prêt à la Rencontre tant attendue. Nous célèbrerons solennellement ses obsèques lundi 24 juillet à 10h, dans cette église Saint Michel qu'il a consciencieusement servie depuis 1957, soit depuis 49 ans. Prions tous avec ferveur pour l'Abbé Lorenzoni dont la voix tonitruante résonnera encore longtemps à nos oreilles.
Qu'auprès du Seigneur que vous avez tant aimé, Fortuné, vous puissiez reposer en paix, aux côtés de la Vierge Marie et de saint Joseph! Que les ailes de l'archange Saint Michel vous portent jusque devant le trône de l'Agneau de Dieu que vous avez inlassablement annoncé et donné en nourriture à vos Paroissiens de Lucéram comme de Villefranche, depuis ce 18 décembre 1943, jour de votre ordination sacerdotale.
Merci, cher Père, merci pour tout ! Requies in pace !

Abbé Jean-Paul FILIPPI, curé.

 

LA CELEBRATION DES FUNERAILLES DU DOYEN LORENZONI

Chant d'Entrée : J 15 - TU NOUS GUIDERAS

R/Tu nous guideras aux sentiers de la vie
Tu nous ouvriras ta Maison, Seigneur

1/ Tu nous conduis, Seigneur Jésus, Vers la fraîcheur des sources vives, Vers le Jardin jadis perdu.

4/ Un jour enfin, tu paraîtras Dans la lumière de l'aurore, Et notre attente finira.

5/ Louange à toi, Seigneur Jésus,
Parole sainte de ton Père,
Par qui l'Amour nous est venu.

 

Chant de la Parole: T 40 ECOUTE, ECOUTE

R/ Ecoute, écoute, surtout ne fais pas de bruit, On marche sur la route, on marche dans la nuit. Ecoute, écoute, les pas du Seigneur vers toi,
Il marche sur ta route, il marche auprès de toi.

1/ Il a marché au pas des siècles vers un pays de joie.
Il a marché vers la lumière pour habiter la joie.

3/ Il est venu les mains ouvertes pour accueillir l'amour. Il est venu chercher des frères pour habiter l'amour.

Chant de l’Anamnèse C19-92 GLOIRE A TOI

Le Célébrant chante: Proclamons le mystère de la foi.

L’Assemblée répond :

Gloire à Toi qui étais mort! Gloire à Toi, Jésus!
Gloire à Toi qui es vivant! Gloire à Toi!
Gloire à Toi, Ressuscité! Viens revivre en nous
Aujourd'hui et jusqu'au jour dernier.



Chant de Communion : D 116 DIEU EST AMOUR

R/ Dieu est Amour. Dieu est Lumière. Dieu, notre Père.

1/ En toi, Seigneur, point de ténèbres. Ton Esprit est Vérité.

3/ Si nous marchons dans la lumière, Nous tenons la main de Dieu.

4/ Si nous voulons un monde juste,
Dans l'Amour nous demeurons.

5/ Nous nous aimons les uns les autres, Le premier, Dieu nous aima.

17/ Nous attendons dans l’espérence
Ton retour, Seigneur Jésus.

18/ Un jour enfin, dans la lumière,
Le Seigneur nous recevra.


Chant du Dernier Adieu: S 65 J'AI TANT CHERCHE

1/ J'ai tant cherché,
Mon Dieu, j'ai tant cherché
La trace de tes pas,
Le vent va l'effacer,
Mais tu es là,
Mon Dieu, tout près, tout près.
Tu vois ma main tendue,
Vas- tu m'abandonner?

2/ J'ai tant peiné,
Mon Dieu, j'ai tant peiné.
Il grandira sans moi
Le grain que j'ai semé.
Mais tu es là,
Mon Dieu, tout près, tout près.
La mort, tu l'as vaincue,
Je veux ressusciter.

3/ J'ai tant lutté,
Mon Dieu, j'ai tant lutté.
Je n'entends plus la voix
Des frères que j'aimais.
Mais tu es là,
Mon Dieu, tout près, tout près.
Reviens, Seigneur Jésus,
J'attends l' Eternité.


Chant à la Vierge Marie : SALVE REGINA

Salve Regina, Mater misericordiae ;
vita, dulcedo et spes nostra, salve.
Ad te clamamus, exules filii Evae.
Ad te suspiramus, gementes et flentes
in hac lacrimarum valle.
Eia ergo, advocata nostra,
illos tuas misericordes oculos ad nos converte.
Et Jesum, benedictum fructum ventris tui,
nobis post hoc exsilium ostende.
O clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria.

 

Chant au Cimetière : QUAND LES MONTAGNES S’ELOIGNERAIENT

R / Quand les montagnes s'éloigneraient,
Quand les collines chancelleraient,
Quand les montagnes s'éloigneraient,
Dieu fera tout comme il promet.
Mon amour, oui, mon amour
Ne s'éloignera pas de toi.
Mon amour, oui, mon amour
Ne s'éloignera pas de toi.

 


ADESIAS !!! Monsieur le Curé